2017 – Bilan culturel 01 : mes romans

Belle année 2018 à tous ! Avant de tourner la page une bonne fois pour toute et d’écrire un nouveau chapitre de notre vie, je vous propose une petite rétrospective culturelle de mon année précédente. C’est quelque chose que j’aime bien faire tous les ans, histoire de revenir un peu sur les oeuvres qui ont vraiment marquées mon année. Je vais vous présenter pour chaque catégories un petit podium avec les trois films, livres et séries qui m’auront le plus plu en 2017, accompagnés d’une petite synthèse en-dessous. J’espère que ça vous plaira et, évidemment, j’attends VOS petites perles de 2017 en commentaire ! 😉

LES LIVRES

En chiffres, ça donne :
42 livres lus – 21 coup de coeur – 10 sagas débutées, poursuivies ou terminées
01

3/Dans la forêt, de Jean Hegland
Deux jeunes soeurs de dix-sept et dix-huit ans se retrouvent livrées à elles-mêmes dans leur cabane à la lisière du bois, dans un monde aux ressources énergétiques épuisées ou bientôt en pénurie : plus d’essence, plus d’électricité, plus d’eau courante… Nell et Eva vont devoir apprendre à se débrouiller par leur propres moyens, mais surtout à accepter le présent et laisser le passé derrière. Le processus de transition a été très bien retransmit : pendant une bonne partie de l’histoire, on n’a le droit qu’à des flashback sur la vie antérieure de nos héroïnes, qui ne pensent pas à autre chose… On y passe vraiment du temps, même trop à mon goût. Puis tout d’un coup, boum, on doit accepter le présent coûte que coûte et elles se réveillent (surtout Nell). On a enfin le droit à du « survival » et c’est hyper prenant ! J’ai été transportée d’un coup par le récit. Cette histoire ne m’a pas laissée indemne psychologiquement. Un roman vraiment marquant à sa manière : un brin didactique et aventurier, un peu sauvage et dérangeant par moments, d’une humanité et sensualité profonde par d’autres.

eef88e11ba3d

Il y’a eu une adaptation cinéma en 2015, avec Ellen Page et Evan Rachel Wood. Il FAUT que je le regarde !

2/ Maybe Someday, de Colleen Hoover.
J’en parle dans cette vidéo. Ma première New Romance, et pas des moindres ! Autant dire que j’ai placé la barre très haute avec ce titre. Maybe Someday aura fait battre mon coeur de lectrice du début à la fin. Littéralement parlant. Ce n’est pas juste une phrase stylistique. L’histoire m’a beaucoup plu, mais plus que tout : les personnages m’ont bouleversé. C’est très romantique, mais pourtant non dénué d’un certain réalisme. Les sentiments sont puissants et vivaces, mais doivent se confronter à la réalité et à la raison. C’est d’une complexité bien amenée. L’ambiance générale peut être drôle, légère et dynamique, mais aussi larmoyante et crève-coeur. Un récit « puissant », aussi bien grâce à son histoire et ses personnages hyper attachants qu’à la superbe plume de l’autrice, pleine de charme, de douceur et de sensualité. Une lecture coup de foudre, qui m’aura fait tomber amoureuse de l’Amour lui-même.

alice

1/ Mille femmes blanches, de Jim Fergus.
1874. Le gouvernement américain accepte de céder mille femmes blanches aux Indiens afin de favoriser l’intégration de ces derniers. Parmi elles, May Dodd, qui s’est portée volontaire pour le projet. Elle y voit l’occasion idéale de recommencer sa vie. On suit donc son intégration au sein de ce peuple nomade et hors du commun. May est une femme exceptionnelle, dotée d’une grande force intérieure, indépendante et passionnée. Les autres femmes qui l’accompagnent ne sont pas en reste. On découvre le quotidien d’une tribut d’Amérindiens, le meilleur comme le moins bon, et c’est d’un tel dépaysement ! Adorant ce peuple, comprenez que ce roman m’ait fascinée au plus haut point. Mille femmes blanches est un récit dynamique, didactique, prenant, mais aussi révoltant et déchirant. Les Indiens ayant disparu à cause de la suprématie des colons, on assiste impuissants à leur triste fin… je ne m’en remettrais jamais. Un petit bijoux livresque, mêlant la fiction pure à certains faits historiques réels.

britlit_iStock_000002366680Small_4

Rendez-vous la semaine prochaine pour le bilan Mangas/BD de 2017 !

 

J’ai lu : « Mille femmes blanches » de Jim Fergus

couv58377174

Titre original : One thousand white women
Parution VO/VF : 1998/2000
Type : roman historique
Genres : historique, romance
Thèmes : culture, civilisation, femmes, Histoire, aventure, Amérindiens…
Pages : 388 (grand format, LGLDM)/ 495 (poche, Pocket)

En 1874, à Washington, le président Américain Grant accepte dans le plus grand secret, la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du peuple Indien. Si quelques femmes se portent volontaire, la plupart viennent de pénitenciers et d’asiles de tous les États-Unis d’Amérique. L’une d’entre elles, May Dodd apprend alors sa nouvelle vie de squaw et les rites inconnus des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tributs et les ravages provoqués par l’alcool. Aux cotés de femmes de toutes origines, May Dodd assiste à la lente agonie de son peuple d’adoption.

06Lecture coup de foudre ! ϟ

Sans titre 1

>> Après Maybe Someday de Colleen Hoover, Mille femmes blanches est mon second coup de foudre littéraire de l’année 2017 et figure parmi mes romans favoris. A la sortie de La Vengeance des mères, j’ai tout de suite été attirée par ce dernier en tant que grande passionnée de la culture Amérindienne et de ce peuple en général. Apprenant qu’il s’agissait de la suite de Mille femmes blanches, j’ai décidé de me procurer ce dernier. De plus, Maureen du Bazar de la littérature en avait dit du bien sûr sa chaîne youtube et cela n’a fait que me conforter dans mon envie de découvrir cette histoire. Eh bien… je n’en ressors pas indemne !

Ce titre a été une véritable envolée émotionnelle, une palpitante aventure ethnique, historique et dépaysante. Pas un instant je n’ai voulu lâcher le roman. Que ce soit l’histoire, les personnages ou la plume de l’auteur, tout a su me séduire et me parler dans ce livre. J’ai adoré être plongée au coeur d’un peuple d’indiens d’Amérique, de découvrir leurs croyances, us et coutumes du point de vue de May Dodd, jeune femme occidentale ayant été promise au chef de la tribu des Cheyennes, Little Wolf. Cette dernière, renommée par la suite Mesoke dans la langue indienne, aura fortement contribuée à mon bouleversement de par son histoire, son destin et son caractère. May est intelligente, sensuelle, forte, loyale, en avance sur son temps et courageuse. Elle fait partie de ses femmes qui se sont portées volontaire pour la mission gouvernementale (l’échange des 1000 femmes contre chevaux et bisons). Pour elle, ce fût l’occasion de démarrer une nouvelle vie et de sortir de son asile psychiatrique dans lequel elle s’est retrouvée, selon elle, injustement enfermée (nous sommes à la fin du XIXème siècle, donc niveau condition et considération de la femme en Amérique, il faut savoir qu’on peut faire mieux…). Le roman est écrit de son point de vue, comme s’il s’agissait d’un regroupement de ses carnets. Le rendu final est tellement réaliste que j’ai pendant un temps cru qu’il s’agissait d’une vraie histoire avant d’aller me renseigner plus en détail ahah !

Même si l’histoire est fictive, il ne faut pas oublier qu’elle découle en revanche de faits réels historiques. Les agences d’accueil, les traités commerciaux entre « blancs » et Amérindiens, l’assassinat de Crazy Horse, les ravages de l’alcool sur ce peuple ainsi que son déclin… tout cela est réellement arrivé, malheureusement. Le roman est néanmoins passionnant de début à la fin et son contenu reste très plausible. Ce mélange entre fiction et réalité historique m’a plu, car il permet au lecteur d’en apprendre davantage sur le peuple Amérindien, son histoire et sa culture ainsi que sur l’histoire de l’Amérique elle-même tout en proposant à côté une aventure divertissante et émouvante qui permet de rester sur une lecture « détente », mais aussi ludique par certains points (en gros, on ne lit pas un manuel d’histoire et ça c’est bien ahah). Il revient ensuite au lecteur de faire la part des choses entre fiction et réalité, mais ça c’est une autre histoire.

Pour en revenir au roman, j’ai trouvé l’histoire de May Dodd et des autres femmes occidentales -toutes aussi fortes et marquantes- qui embarquent avec elle palpitante et émouvante (je l’ai déjà dit, je sais). Cette dernière est clairement une de mes héroïnes de fiction favorites de par toutes ses qualités que j’ai citées plus haut, mais aussi simplement car son histoire m’a bouleversée, tout comme l’histoire plus générale du peuple Amérindien qui nous est raconté de son point de vue.

J’ai également apprécié les paysages tantôt arides, tantôt verdoyants qui nous sont décrits dans ce livre. Les amérindiens étaient un peuple nomade, des voyageurs, donc on en voit de la nature dans ce roman et ça donne une impression d’ « aération » au cerveau (quelle belle écrivaine je fais ahahah) qui n’est pas pour me déplaire. En gros, c’est comme si nous étions nous-mêmes en voyage auprès des Indiens et que nous faisions partie intégrante de la tribu. C’est une expérience vraiment enrichissante et dépaysante. J’ai aimé en apprendre davantage sur ce peuple qui me fascine tant et pour lequel j’éprouve aujourd’hui encore plus d’intérêt et d’admiration (pas pour tous les points, bien sûr, mais dans l’ensemble).

Mille femmes blanches a donc été pour moi une expérience ludique, intéressante, émouvante et inoubliable. La fin est inévitable et pourtant, j’espérais qu’elle n’arrive pas, pas comme ça… mais bon, cela aurait été « trop » si cela avait finit autrement ahah. Elle est donc parfaite en soi, bien que forcément touchante. Ce titre fait maintenant parti de moi et m’a permis par la même occasion de me lancer enfin dans l’aventure des romans contemporains. Jusque-là, je n’en lisais quasiment pas, c’est vrai… voilà chose faite et depuis un certain temps je continue bien sur ma lancée !

Mille femmes blanches est un bijou livresque que je conseille à tout le monde, sans exception. Prochaine étape : La vengeance des mères, qui sortira en poche en septembre 2017 ! Je me demande bien ce que cette suite nous réserve au vu de la fin de Mille femmes blanches et suis plus qu’intriguée…