Roman : « Eleanor Oliphant va très bien », de Gail Honeyman.

01

TITRE ORIGINAL : Eleanor Oliphant is completely fine
AUTRICE : Gail Honeyman
PARUTION VO/VF : 2017
GENRE(S) : Comédie, drame, tranche-de-vie
CATÉGORIE : Roman contemporain
THÈMES : Humour, anxiété sociale, sarcasme, dépression, amitié, famille…
PAGES : 434 (Broché, Fleuve 2017)

➔ Eleanor Oliphant est un peu spéciale. Dotée d’une culture générale supérieure à la moyenne, peu soucieuse des bonnes manières et du vernis social, elle dit les choses telles qu’elle les pense, sans fard, sans ambages.  Fidèle à sa devise  » Mieux vaut être seule que mal accompagnée « , Eleanor évite ses semblables et préfère passer ses samedis soir en compagnie d’une bouteille de vodka. Rien ne manque à sa vie minutieusement réglée et rythmée par ses conversations téléphoniques hebdomadaires avec maman.  Mais tout change le jour où elle s’éprend du chanteur d’un groupe de rock à la mode. Décidée à conquérir l’objet de son désir, Eleanor se lance dans un véritable marathon de transformations. Sur son chemin, elle croise aussi Raymond, un collègue qui sous des airs négligés, va lui faire repousser ses limites. En naviguant sur les eaux tumultueuses de son obsession amoureuse et de sa relation à distance avec maman, Eleanor découvre que, parfois, même une entité autosuffisante a besoin d’un ami…

4.5 heart

Une petite pépite livresque drôle, touchante et qui fais du bien !

>> Le service-presse d’Eleanor Oliphant traînait sur un pupitre à mon lieu de travail. Intriguée par son résumé, c’est un peu par hasard que je me suis lancée dans cette lecture. Comme quoi ce dernier fait parfois bien les choses, sinon je serais passée à côté d’une lecture géniale !

Ce roman a tout simplement « refais ma journée » au moment où je l’ai lu. C’est un titre qui, d’abord, m’a fait beaucoup rire et sourire. Eleanor est vraiment un personnage atypique : râleuse, antisociale, portée sur la boisson, en pleine crise identitaire, intelligente et sarcastique… mais qu’est-ce qu’elle est drôle malgré elle ahah ! Parfois elle amuse, parfois elle exaspère, mais c’est un personnage si entier ! Je l’ai trouvé particulièrement attachante, aussi bien pour ses défauts que ses qualités et malgré ses petites lubies. Bien que j’aie été franchement amusée par sa marginalité et son côté asocial, j’ai plus encore aimé son évolution au fil du roman.

En effet, Eleanor va avoir l’occasion de remettre en question sa vie actuelle, son comportement et, surtout, tenter de faire la paix avec elle-même et le reste du monde. Ses tribulations se suivent avec délice et intérêt. Edmond est un personnage fantastique et j’ai plus qu’adoré sa présence auprès d‘Eleanor, car notre héroïne va beaucoup changer à son contact. C’est frais, drôle et, surtout, ça fait du bien ! Et si vous vous attendiez à une simple tranche-de-vie banale et sans surprises, détrompez-vous ! Eleanor Oliphant est accentué d’une petite touche de drama : une ombre plane en effet sur notre héroïne, à l’origine de beaucoup de problèmes et en grande partie de ce qu’est devenue Eleanor. La jeune femme va ainsi devoir faire face à ses démons, dont certains dont elle ne soupçonnait pas -ou ne voulait pas admettre- l’existence. Préparez-vous donc à rire, mais également à être émus et même surpris avec un final qu’on ne voit pas forcément venir.

En bref, Eleanor Oliphant va très bien est une tranche-de-vie à la fois drôle et grave, torturée et optimiste. Un roman qui touche autant qu’il amuse et fait du bien ! Cette lecture aura marquée mon année, en plus d’avoir réellement su me surprendre. Je ne suis pas prête d’oublier cette héroïne si peu commune tant j’ai été marquée aussi bien par son caractère que ses aventures. C’est un roman qui apaise et exorcise, tout en étant follement distrayant et savoureux. Je le recommande donc à un maximum de personnes, si vous voulez vous changer les idées ou simplement faire la connaissance d’un personnage atypique, socialement décalé et tout en nuances. Gros coup de coeur de 2017 !

Pause ciné : « Baby Driver »

380304.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Baby Driver
Réalisé par Edgar Wright. Sorti en 2017.
Action – Comédie – Policier
Avec : Ansel Elgort, Kevin Spicey, Lily James, Jon Hamm, Jamie Foxx, Eiza Gonzalez, Jon Bernthal…

Pour s’acquitter d’une dette, Baby, jeune garçon peu loquace, se retrouve forcé à collaborer avec un chef de gang de braqueurs. Il se fait engager en tant que chauffeur. Son truc pour être « le meilleur » dans son domaine ? Il roule au rythme de sa propre playlist, muni de ses écouteurs. À part dans ce monde qui ne lui ressemble pas, Baby se bat pour sortir de l’emprise du milieu. Un jour, il rencontre et tombe amoureux de Debora, serveuse dans un diner, et se dit alors qu’il peut changer de vie. Mais peut-on sortir du monde du crime si aisément ?

5 hearts Un -gros- coup de coeur inattendu !

>> (Nb : film vu en vostfr).

Je n’irais pas par quatre chemins : je me suis prise une claque monumentale avec ce film.

De base, je n’aime pas spécialement les films d’actions (Fast and furious et compagnie, ça m’endort plus qu’autre chose). Une fois de plus, c’est le casting qui m’a donné envie de voir celui-là (ma Lily chérie ♥ + Ansel Elgort quoi !). J’avoue aussi avoir trouvé la bande annonce sympathique, mais je n’attendais pas spécialement grand-chose de Baby Driver… et là… je suis tombée sur un film qui possède une âme, une véritable esthétique et avec un parti pris artistique vachement cool.

Le film avait à peine commencé que je l’ai bien senti direct. Dès le début, on a des plans de caméras rythmés et bien pensés. Ce cadrage si bien soigné apporte vraiment quelque chose en plus. Ajoutez à ça une super bande-son qui, parfois, tombe en rythme avec certaines scènes/gestuelles du film et vous avez un rendu esthétique, plaisant et super dynamique. Tout a un rôle important dans Baby Driver. L’histoire et les acteurs ne sont pas les seuls éléments porteurs du film et c’est ça qui m’a beaucoup plu. C’est vrai que j’ai l’impression qu’on voit moins de films de ce genre de nos jours, à l’heure où le blockbuster domine une bonne partie du marché cinématographique.

Autre point qui m’a plu : les genres sont très bien dosés. L’action n’est pas utilisée à « outrance ». Elle est là quand il faut et sert toujours l’histoire. Ce qui la rend d’autant plus efficace à mon sens. On a aussi une petite dose de comédie et une pincée de romance. Là encore, ce n’est pas utilisé de manière exagérée ou gênante. En fait, aucun des trois « genres » ne vient dominer les autres. Les trois se mélangent et se diluent parfaitement bien ensemble. Cela fait que, quand le film a recours à certains « clichés » des genres, on a  l’impression d’être dans « l’emprunt », voir « l’hommage » plutôt que dans le « cliché » au sens péjoratif. L’esthétisme d’ensemble du film lui confère également une allure très vintage qui m’a beaucoup plu, mais vintage sans le sous-entendu « kitsch » ou ringard qu’on pourrait lui associer. C’est vintage, mais résolument moderne malgré tout d’un point de vue technique et traitement de personnages.

Concernant le casting : rien à redire. J’ai trouvé tous les acteurs au top. J’aurais eu en horreur certains personnages dans n’importe quel autre film (notamment Monica et certains autres gangsters, qui parfois fond vraiment cliché), mais ici le traitement global est tellement réussi que s’est passé comme une bonne part de fondant au chocolat. Je me répète, mais les « clichés » ne sont tellement pas utilisés à outrance que cela ne me les a pas rendu désagréables. Je dirais même qu’ils ont contribués à animer l’histoire, et grandement !

Franchement, on pourrait faire un dossier sur Baby Driver tant il y a de choses à dire dessus. Je ne lui ai même pas trouvé de points négatifs ! J’ai vraiment tout aimé : l’histoire, les personnages, l’esthétisme, la bande-son, les décors, les jeux de caméras… et, surtout, j’ai été captivée du début jusqu’à l’apparition du générique de fin. Et, moi, captivée devant un film d’action… c’est la première fois que ça m’arrive ahah !

Je vous conseille donc grandement ce film qui vaut réellement le coup d’oeil rien que pour la manière dont il a été pensé et filmé. Pour moi, c’est digne d’être un chef-d’oeuvre. Un genre de films qui reste basique tout en étant original, qui ne se résume pas à son scénario et propose un divertissement artistique très complet. Une oeuvre cinématographique comme on en voit maintenant trop peu de nos jours. Et dire qu’il est passé inaperçu. Non, vraiment, ne passez pas à côté ! J’ai tellement envie d’avoir votre avis à son propos ahah.

Film d’animation : « Ballerina »

18033445_1211379618984652_7357907887963599570_n.png

BALLERINA cine3
Réalisé par Éric Summer et Éric Warin. Sorti en 2016.
Voix françaises : Camille Cotin, Malik Bentalha, Magali Barney, Kaycie Chase, Laurent Morel…

Félicie est une jeune orpheline bretonne qui n’a qu’une passion : la danse. Avec son meilleur ami Victor qui aimerait devenir un grand inventeur, ils mettent au point un plan rocambolesque pour s’échapper de l’orphelinat, direction Paris, ville lumière et sa Tour Eiffel en construction ! Félicie devra se battre comme jamais, se dépasser et apprendre de ses erreurs pour réaliser son rêve le plus fou : devenir danseuse étoile à l’Opéra de Paris…


>> Un film qui me semblait prometteur et qui, finalement, m’aura plu tout en me décevant sur certains points.

J’aimerais commencer avec les bons côtés. Déjà, la réalisation est vraiment superbe. Les graphismes m’ont beaucoup plu. C’est assez proche du visuel de chez Disney, sans que cela semble similaire pour autant. Certains plans sont visuellement très sympa au niveau des décors (sur les toits de Paris, entre autre).

Ensuite, j’ai beaucoup aimé les personnages principaux. Félicie est une héroïne attachante, vive et audacieuse. Bien qu’elle soit orpheline, le film ne soulève pas les questions habituelles telles que « qui sont les parents biologiques » etc… Elle ne part pas à en quête de ses origines, mais, au contraire, en quête de son avenir, ce que j’ai beaucoup apprécié (ça change un peu du schéma habituel !). Odette m’a également beaucoup émue. J’aurais même apprécié qu’on développe un peu plus son personnage qui semble assez intéressant. Quant à Victor, c’est un jeune garçon débrouillard, adorable et sympathique. On le sent vraiment attaché à Félicie, à tel point que l’ignorance dont fait parfois preuve cette dernière à son égard me rendait dingue ahah ! Le pauvre est tellement aimable et attentionné avec elle…

Enfin, j’ai adoré la bande-son de Ballerina. Il n’y a pas de chansons « chantées », mais on a quelques scènes accompagnées de musiques. Il y a notamment une chanson de Demi Lovato (et bien d’autres), puis… une chanson de Sia ! Quelle ne fût pas ma joie ahah. La scène est assez courte, mais je l’ai trouvée émouvante et magnifique.

Maintenant, les petits « hics » du film… l’histoire a été pour moi le point faible de Ballerina. Même si, dans le fond, le film est plein de bonnes attentions et véhicule de belles valeurs, dans la forme il n’est pas du tout réaliste. Une jeune fille qui n’a jamais vraiment dansé de sa vie arrive quand même a intégrer en quelques jours/semaines la troupe de l’Opéra de Paris. Tout arrive beaucoup trop facilement. Je n’ai même pas parlé du fait que les deux gamins s’enfuient de l’Orphelinat et arrivent à survivre tout seul dans Paris, sans passer par les cases « faim », « froid », ou dormir dans la rue. Quel bol, vraiment (LOL). Il y a des justifications à tout ça (le recueillement par des adultes, l’entraînement intensif de Félicie par Odette…), mais on reste dans le totalement irréaliste même avec, désolé ahah. Puis quand Félicie danse sur pointe avec ses bottines… nop nop, sorry.

Même si j’apprécie beaucoup Félicie, j’ai quand même eu du mal avec ce qu’elle fait pour intégrer l’Opéra de Paris. Camille est une peste, c’est vrai, mais quand même… ce n’était clairement pas honnête et je n’aime pas trop le message que ça peut faire passer.

Enfin, l’humour du film était peut-être un peu trop bébé pour moi. Certains passages sont marrants et mignons, mais parfois ça vire un peu trop dans le caricatural, surtout au niveau du comportement de certains personnages secondaires (on en parle de l’autre blondinet qui est complètement ridicule ?).

Malgré les quelques points qui m’ont fait grincer des dents, Ballerina a quand même été un très chouette divertissement que je suis contente d’avoir visionné. Au final, le film remplit bien son rôle de ‘ »feel good », car on le termine le sourire aux lèvres et le coeur léger. Il nous invite également à croire en nos rêves et à se battre pour eux, ce qui est très bien en soi. Ce n’est clairement pas réaliste au niveau de l’histoire, mais bon… Il n’y a que les adultes pour chipoter sur le manque de réalisme d’un film d’animation jeunesse ahahah ! Les émotions et messages véhiculés par le film sont, pour moi, plus importants qu’une cohérence parfaite de l’histoire.

Ballerina vaut la peine d’être vu pour sa belle réalisation et parce que ça reste mignon et divertissant. Après, ce n’est pas non plus un indispensable à mes yeux. En revanche, je comprendrais totalement qu’il enchante les plus jeunes. Je pense que je l’aurais plus qu’adoré si je l’avais vu enfant.

Vous êtes donc prévenu pour ce film ! Je serais curieuse d’avoir votre ressenti si vous l’avez vu du coup, pour voir si je suis seule ou non dans mes retranchements ahah !

Pause ciné : « Everything, Everything » et « Baywatch »

 

J’ai profité de la fête du cinéma à la fin du mois pour aller voir deux films. Le premier : il s’agit de l’adaptation d’un roman que je n’ai pas encore lu, mais qui me faisait envie. J’hésitais toutefois, donc je voulais jeter un oeil à l’adaptation pour m’en faire une petite idée. Le second : j’y suis allé pour accompagner une amie qui désirait le voir. Voici donc un petit bilan de tout ça :

Everything, Everything (romance, drame) – cine3
Réalisé par Stella Meghie. D’après le roman éponyme de Nicola Yoon.
Avec : Amandla Stenberg, Nick Robinson, Anika Noni Rose, Ana de la Reguera

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

>> Un film sympathique, que j’ai trouvé très mignon et relativement bien réalisé. Décors, paysages, lumière, costumes etc… tout est très soigné et s’accorde bien. Certains plans sont vraiment beaux. Au niveau de l’histoire, c’est quand même un peu mou, lent (et c’est une personne qui n’a d’habitude pas de problème avec les longueurs qui vous dit ça)… le tout manquait un peu d’âme et de vivacité. Le twist final était assez prévisible (du moins, je l’avais vu venir). Il me manquait donc un petit quelque chose pour rendre le film vraiment « vivant » et inoubliable. En revanche, j’ai beaucoup aimé les personnages ! En particulier Olly, que j’ai trouvé si chou et attentionné envers Madeline ! Un gros coup de coeur sur lui et sur l’acteur ahah. En parlant de ça, rien à redire sur le casting. Les acteurs étaient au top. En bref : une légère déception d’un point de vue cinématographique, mais le film reste soigné, mignon et divertissant malgré son manque de rythme. Je le reverrais sûrement un de ces quatre rien que pour les personnages qui sont mignons tout plein. J’ai toujours envie de découvrir le roman par contre, qui doit être beaucoup plus complet et touchant.


Baywatch – Alerte à Malibu (comédie, action) – cine3,5
Réalisé par Seth Gordon. D’après la série télé Alerte à Malibu de 1989.
Avec : Dwayne Johnson, Zac Efron, Alexandra Daddario, Priyanka Chopra, Kelly Rorhbach, Ilfenesh Hadera…

Dans la baie d’Émeraude en Floride, Mitch Buchannon et son équipe de sauveteurs apportent aide et assistance aux baigneurs en tant que membre d’une unité d’élite appelée Baywatch. Dans le but de redorer le blason de l’équipe, le capitaine Thorpe oblige Mitch à embaucher Matt Brody, une ancienne vedette de natation aussi ambitieux que tête brûlée ! Avec l’aide de trois autres nouvelles recrues, ils vont tenter de déjouer un complot criminel qui menace l’avenir de la Baie…

>> Voilà un film que je ne m’attendais pas à aimer ! Comme je l’ai dit, j’y suis allé avant tout pour accompagner une amie. Autant dire que je ne serais JAMAIS allée le voir autrement. Je redoutais qu’il tombe dans la parodie absurde et soit dénué de sens ou profondeur, mais pas tant que ça au final. Bon, on reste dans le non-prise de tête hein ! Il n’empêche que le film fait passer de belles valeurs sur le courage, l’amitié et l’esprit d’équipe. Le fun reste quand même le maître mot de Baywatch et pour le coup j’avoue que je me suis bien marrée ! L’humour n’est pas trop « lourd » et les blagues ne sont pas trop vaseuses. On a même droit à de l’auto-dérision, et ça c’est bon. L’action est intéressante et rythme bien l’histoire. Ce n’est pas l’intrigue du siècle, mais là encore, ça reste efficace, intéressant, voir même un poil touchant. Je redoutais aussi la caricature des sexes avec ce film… finalement, c’est bien passé ! Les filles ne sont pas cruches et servent à quelque choses, les garçons ne sont pas toujours « intouchables » ou sans cervelle. On a un peu de tout avec les personnages et c’est ça qui est bien. Le casting était au top. J’aime beaucoup Dwayne Johnson de base et le rôle de Mitch lui allait très bien. Les autres ne sont pas en reste. Je vous conseille Baywatch si vous avez envie d’une petite pause cinéma détente, drôle, mouvementée et estivale. Il vaut le coup d’être vu au moins une fois, c’est un divertissement assez sympa. En tout cas, je me l’achèterais à sa sortie pour le revoir, c’est sûr !

Avez-vous ou compter-vous voir l’un de ces films ?
Votre dernière sortie cinéma ?