Pause ciné : « Valérian et la Cité des mille planètes »

valeri

Valérian et la Cité des mille planètes3.5 hearts
Réalisé par Luc Besson. Sorti en 2017.
D’après la BD de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières Valérian et Laureline.
Avec : Cara Delevingne, Dane Dehaan, Clive Owen, Ethan Hawke, Sam Spruell, Rihanna…

Au 28ème siècle, Valérian et Laureline forment une équipe d’agents spatio-temporels chargés de maintenir l’ordre dans les territoires humains. Mandaté par le Ministre de la Défense, le duo part en mission sur l’extraordinaire cité intergalactique Alpha – une métropole en constante expansion où des espèces venues de l’univers tout entier ont convergé au fil des siècles pour partager leurs connaissances, leur savoir-faire et leur culture. Un mystère se cache au cœur d’Alpha, une force obscure qui menace l’existence paisible de la Cité des Mille Planètes. Valérian et Laureline vont devoir engager une course contre la montre pour identifier la terrible menace et sauvegarder non seulement Alpha, mais l’avenir de l’univers.

>> Avant de vous partager mon ressenti sur ce film, j’aurais quelques petites précisions à faire qui, peut-être, vous permettrons de mieux cerner ma chronique (ou pas, mais sait-on jamais) : 1) Je n’ai pas lu la BD d’origine, que d’ailleurs je ne connaissais même pas, car 2) je ne suis pas une grosse amatrice de SF. J’aime bien certaines oeuvres du genre, mais dans l’ensemble j’apprécie juste à petite dose. Avec tout ça, vous vous demandez peut-être pourquoi j’ai voulu aller voir Valérian ? Parce que j’aime beaucoup Cara Delevingne. Pour certains, elle devrait se contenter de rester mannequin, mais je n’ai rien contre son jeu d’actrice de mon côté. Enfin, j’ai vu le film en VO (oui, je trouve que cela peut faire une différence sur un ressenti général).

Dans l’ensemble, j’ai apprécié le film, malgré des hauts, des bas et un rythme qui m’a paru un peu inégal.

Commençons avec ce qui est top : le visuel, évidemment. C’est le genre de film qui vaut le coup d’être vu sur grand écran ou en 3D si vous avez envie de vous évader de notre monde et d’en prendre plein les yeux. Les effets spéciaux m’ont également paru réussit. Il n’y a que certaines petites scènes que j’ai parfois trouvées trop « mouvementées » pour qu’on puisse y voir quelque chose et des plans plus ou moins bien cadrés, mais rien de réellement notable. En gros, je chipote ahah.

Si l’univers est réussi dans la forme, il l’est également dans le fond. J’ai réellement apprécié découvrir tous ces peuples, ces planètes, le fait que le temps et la distance en années lumières ne soient plus des frontières infranchissables etc. Pierre Christin a vraiment eu de superbes idées et à déployer à merveille son imagination. Pour ceux à qui cela rappellerait beaucoup trop Star Wars et compagnie, il faut savoir que la BD Valérian et Laureline est sortie une dizaine d’années avant les films de George  Lucas, donc on n’est pas du tout sur du « pompage ». J’ai eu un petit coup de coeur pour les Pearls, habitants de la planète Mül (qui est juste une giga plage géante). C’est un peuple pacifique, en harmonie avec la nature et plein de sagesse. Je n’avais qu’une envie en les découvrant : partir vivre avec eux sur Mül ahah.

Là où j’ai trouvé le film moins bon, c’est au niveau du rythme et du traitement des personnages principaux.

Sur la première moitié de Valérian, j’étais plutôt en mode « bon, ce film se laisse voir, mais ça reste du bof bof ». Certains passages sont plus ou moins utiles et intéressants. Autant mon copain a aussi apprécié le film dans l’ensemble, sans être transcendé, mais à certains moments il a faillit s’endormir ahah. Viennent alors la seconde partie et la fin du film, là où action et émotions sont à leurs apogés. Je me suis enfin surprise à me dire « ah, finalement c’est pas si mal comme film ». Bon, on reste sur du « classique » : le fil conducteur n’est pas original du tout au jour d’aujourd’hui et on s’attend à peu près à tout ce qui se passe dans Valérian (et pourtant je suis quasi novice en SF). Cela reste néanmoins efficace de mon point de vue. J’ai vraiment été émue sur les derniers instants du film. Certains disent que c’est de l’émotion « facile » et évidente, ce qui foncièrement n’est pas faux, mais j’avoue que je ne me pose pas trop ce genre de question. Tant que ça marche !

Dernier point à aborder : les personnages principaux. J’ai bien aimé le duo Valérian/Laureline, mais je reconnais qu’il est difficile de s’attacher à eux. On est trop impersonnel avec ces derniers et on ne sait quasiment rien sur eux. Ils sont « classes », mais rien de plus. Certains accusent un mauvais choix de casting, mais j’ai plus l’impression que ça vient du traitement des personnages en eux-mêmes que des acteurs. D’ailleurs, la « romance » entre Valérian et Laureline… hm hm. Elle permet de se faire une idée des liens entre ces deux personnages, mais certaines scènes et répliques sont assez… bidons, en plus d’être franchement lourdes ahah. Il n’y a qu’à la toute fin du film que ce point m’a paru -enfin- pertinent. Petite remarque personnelle en passant : Pourquoi le prénom de Valérian a été conservé dans le nom du film… ? Apparemment, ce serait parce que Besson était fan de la BD qui portait originellement le nom de Valérian, agent spatio-temporel avant d’être renommée en 2007 Valérian et Laureline. Soit, je peux comprendre ça, aucun soucis ! Simplement, c’est vrai qu’avec le nom d’un personnage dans le titre, on s’attend à ce que ce dernier soit spécialement mit en avant, hors pas du tout. Laureline est tout aussi présente que Valérian, ce si n’est même plus et si on ajoute qu’on ne sait rien de Valérian, au final… c’est un peu comme si Harry Potter nous racontait une année dans une école de magie avec dedans un personnage qui s’appelle Harry, sans vivre l’histoire avec ce dernier… bref, il aurait été plus juste soit d’appeler le film Valérian et Laureline, soit simplement La Cité des mille planètes, ou alors de mettre réellement le personnage de Valérian en avant. Bon, il a un petit plus dans le film par rapport aux autres, mais on est d’accord que cela ne fait pas une énorme différence, voir quasiment pas…

Bref, quelle longue chronique ! Je reste dans l’ensemble partagée pour ce film d’un point de vue cinématographique ; mais il n’empêche qu’il a su me divertir, m’intéresser dans l’ensemble et a réussi à me toucher sur la fin. Je ressors de mon visionnage avec une impression plutôt positive, mais clairement ce n’est pas non plus LE film de science-fiction, ni l’aventure du siècle. J’aurais été un peu dégoûtée si j’avais du payer ma place pleins pot. Pourtant, je n’ai pas envie de vous dissuader d’aller le voir, car j’ai quand même passé un bon moment. Le film permet une réelle évasion, fait passer de beaux messages et le duo principal reste « classe », même si peu attachant ou manque d’approfondissement. Cependant, je recommande la VOST, car si l’oeuvre m’a déjà paru souffrir de certains défauts en langue d’origine, si je doublage VF n’est pas réussi cela ne pourra qu’être pire ahah. Je dirais que ça passe ou ça casse avec Valérian. Moi, c’est passé tout juste au début, puis assez bien vers la fin. À vous d’aller vous faire votre propre idée !

As-tu vu Valérian ou comptes-tu aller le voir ? Ton avis sur le film ?

As-tu lu la BD d’origine ? Si oui, qu’en as-tu pensé ?

Pause ciné : « Everything, Everything » et « Baywatch »

 

J’ai profité de la fête du cinéma à la fin du mois pour aller voir deux films. Le premier : il s’agit de l’adaptation d’un roman que je n’ai pas encore lu, mais qui me faisait envie. J’hésitais toutefois, donc je voulais jeter un oeil à l’adaptation pour m’en faire une petite idée. Le second : j’y suis allé pour accompagner une amie qui désirait le voir. Voici donc un petit bilan de tout ça :

Everything, Everything (romance, drame) – cine3
Réalisé par Stella Meghie. D’après le roman éponyme de Nicola Yoon.
Avec : Amandla Stenberg, Nick Robinson, Anika Noni Rose, Ana de la Reguera

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

>> Un film sympathique, que j’ai trouvé très mignon et relativement bien réalisé. Décors, paysages, lumière, costumes etc… tout est très soigné et s’accorde bien. Certains plans sont vraiment beaux. Au niveau de l’histoire, c’est quand même un peu mou, lent (et c’est une personne qui n’a d’habitude pas de problème avec les longueurs qui vous dit ça)… le tout manquait un peu d’âme et de vivacité. Le twist final était assez prévisible (du moins, je l’avais vu venir). Il me manquait donc un petit quelque chose pour rendre le film vraiment « vivant » et inoubliable. En revanche, j’ai beaucoup aimé les personnages ! En particulier Olly, que j’ai trouvé si chou et attentionné envers Madeline ! Un gros coup de coeur sur lui et sur l’acteur ahah. En parlant de ça, rien à redire sur le casting. Les acteurs étaient au top. En bref : une légère déception d’un point de vue cinématographique, mais le film reste soigné, mignon et divertissant malgré son manque de rythme. Je le reverrais sûrement un de ces quatre rien que pour les personnages qui sont mignons tout plein. J’ai toujours envie de découvrir le roman par contre, qui doit être beaucoup plus complet et touchant.


Baywatch – Alerte à Malibu (comédie, action) – cine3,5
Réalisé par Seth Gordon. D’après la série télé Alerte à Malibu de 1989.
Avec : Dwayne Johnson, Zac Efron, Alexandra Daddario, Priyanka Chopra, Kelly Rorhbach, Ilfenesh Hadera…

Dans la baie d’Émeraude en Floride, Mitch Buchannon et son équipe de sauveteurs apportent aide et assistance aux baigneurs en tant que membre d’une unité d’élite appelée Baywatch. Dans le but de redorer le blason de l’équipe, le capitaine Thorpe oblige Mitch à embaucher Matt Brody, une ancienne vedette de natation aussi ambitieux que tête brûlée ! Avec l’aide de trois autres nouvelles recrues, ils vont tenter de déjouer un complot criminel qui menace l’avenir de la Baie…

>> Voilà un film que je ne m’attendais pas à aimer ! Comme je l’ai dit, j’y suis allé avant tout pour accompagner une amie. Autant dire que je ne serais JAMAIS allée le voir autrement. Je redoutais qu’il tombe dans la parodie absurde et soit dénué de sens ou profondeur, mais pas tant que ça au final. Bon, on reste dans le non-prise de tête hein ! Il n’empêche que le film fait passer de belles valeurs sur le courage, l’amitié et l’esprit d’équipe. Le fun reste quand même le maître mot de Baywatch et pour le coup j’avoue que je me suis bien marrée ! L’humour n’est pas trop « lourd » et les blagues ne sont pas trop vaseuses. On a même droit à de l’auto-dérision, et ça c’est bon. L’action est intéressante et rythme bien l’histoire. Ce n’est pas l’intrigue du siècle, mais là encore, ça reste efficace, intéressant, voir même un poil touchant. Je redoutais aussi la caricature des sexes avec ce film… finalement, c’est bien passé ! Les filles ne sont pas cruches et servent à quelque choses, les garçons ne sont pas toujours « intouchables » ou sans cervelle. On a un peu de tout avec les personnages et c’est ça qui est bien. Le casting était au top. J’aime beaucoup Dwayne Johnson de base et le rôle de Mitch lui allait très bien. Les autres ne sont pas en reste. Je vous conseille Baywatch si vous avez envie d’une petite pause cinéma détente, drôle, mouvementée et estivale. Il vaut le coup d’être vu au moins une fois, c’est un divertissement assez sympa. En tout cas, je me l’achèterais à sa sortie pour le revoir, c’est sûr !

Avez-vous ou compter-vous voir l’un de ces films ?
Votre dernière sortie cinéma ?