Semaine du shôjo 2020 : quel manga lire pour débuter ?

Bonjour à tous !

Cette année, on m’a proposé de participer à la Semaine du Shôjo, organisée par Club Shôjo et qui consiste à répondre, une fois par an, à une problématique/question autour de ce type de mangas.

Initiative qui se fait en partenariat avec d’autres blogueurs et que je trouve super intéressante ! En tant que bonne lectrice de shojos (mais pointilleuse), c’est avec joie que j’y participe.

Cette année, la problématique est la suivante :

« Quel shôjo conseillerais-tu à un.e débutant.e ? »

C’est une vaste question, tout autant que cette cible éditoriale l’est ! Aussi, je vais me permettre de citer plusieurs titres, car cela va dépendre de l’âge qu’à la personne.

Je fais le choix de vous proposer des séries courtes et/ou terminées.


Avant ça, faisons un petit rappel sur ce qu’est le manga shôjo :

Un shôjo désigne un manga dont la cible éditoriale (= le public pour qui est principalement adressée l’oeuvre, selon ses éditeurs) est avant tout « féminine » et âgée d’environ 11 à 17 ans.

/!\ Un shôjo, ce n’est pas que de la romance ! C’est un cliché malheureusement trop répandu. Je vous invite à voir cette vidéo pour plus d’infos.

Il est vrai que les relations amoureuses sont au coeur de nombreux mangas shôjo, mais il existe des histoires où cela peut être secondaire, en toile de fond, voir même inexistant. Réduire le manga shôjo aux romances, c’est comme réduire le manga shônen au nekketsu (One Piece, Naruto, Dragon Ball…). En vérité, c’est bien plus vaste et ça gagne toujours en diversité au fil des années !


Débuter le shôjo vers 8/10 ans – Chocola et Vanilla

Si vous êtes encore jeune, je vous invite à vous tourner vers la série Chocola et Vanilla (Sugar Sugar Rune) de Moyoco Anno. Un titre terminé en huit tomes qui mêle fantaisie, amitié et romance.

On y suit deux jeunes amies sorcières, Chocola et Vanilla, qui sont en compétition pour devenir la future reine du Royaume Magique. Pour se faire, elles vont devoir intégrer le monde des humains et « collecter leurs coeurs » (pas au sens propre, hein), sachant qu’un coeur a plus ou moins de valeur selon sa couleur. Celle qui sera la plus « riche en coeurs » sera sacrée reine ! Mais attention : une sorcière, ça vole des coeurs, mais ça ne donne pas le siens… !

C’est une aventure palpitante et intelligente qui invite à nous questionner sur nos rapports avec les autres. Les héroïnes sont amies, mais ont des caractères relativement différents. Tandis que Vanilla est plutôt douce, timide et discrète ; Chocola est plutôt du genre extraverti, franche et très têtue ! Chacun.e aura sa petite préférée.

L’univers est super inventif. Au début, c’est surtout drôle et mignon, puis l’histoire gagne en intensité et en noirceur au fil des tomes. Les personnages deviennent plus matures et sont de plus en plus touchants. Les dessins de la mangaka se prêtent totalement à son histoire : élégants, gourmands et détaillés.

Une de mes séries coup de coeur. Je l’ai aimé quand je l’ai découverte à douze ans, quand je l’ai relue à seize ans et toujours aujourd’hui à plus de vingt ans.

Les bonnes histoires sont intemporelles !


Débuter le shôjo vers 12 ans – Ces nuances entre nous

C’est la moyenne d’âge de la majorité des shôjos. Vous avez donc un éventail de choix, de genres et de possibilités selon vos attentes… Je considère que c’est un âge où l’on veut lire « des histoires de grands », mais où on reste inconsciemment sensible à une certaine naïveté.

Dans le genre « classique, mais pas trop niais », j’appelle à la barre Ces nuances entre nous, une série en quatre tomes de Chihiro Hiro publiée chez Akata. Il s’agit d’une petite romance scolaire toute douce. Shinobu est une jeune lycéenne qui n’a pas tellement de passion, ni d’objectifs dans sa vie. Tout bascule le jour où elle rencontre Okachimachi, un de ces camarade de classe, dans la salle d’arts plastiques.

Débute alors une histoire feel-good et mignonne dans laquelle les personnages s’apprivoisent doucement, mais qui nous fait aussi réfléchir sur nous-mêmes et invite à profiter des petits bonheurs du quotidien. Au-delà d’une romance, c’est aussi un récit sur l’épanouissement personnel de l’héroïne.

Si vous voulez taper dans les séries mythiques du même genre, tournez-vous vers Blue Spring Ride (13 tomes) de Io Sakisaka ou Lovely Complex (17 tomes, plus axée sur le comique) d’Aya Nakahara.


Débuter le shojo vers 16 ans – Nana

Un âge où on est ados, presque adulte (mais pas encore). On a besoin de récits plus conséquents, plus matures et de plus de diversité. Je pourrais vous parler du josei (l’équivalent du shôjo pour un public plus âgé), mais on doit rester sur le shôjo !

C’est très naturellement que je vous invite à lire Nana, à ce jour mon shôjo favori de tous les temps. Je fais une exception à ma règle, puisqu’il s’agit d’un manga en vingt-et-un tomes et non terminé… mais le jeu en vaut trop largement la chandelle !

Le destin va réunir, dans un train en partance pour Tokyo, deux jeunes femmes d’une vingtaine d’années. L’une est naïve, chaleureuse, drôle et dépendante des autres ; l’autre est plus mature, plus débrouillarde et mystérieuse, mais peut aussi être froide et distante… La première déménage dans la capitale pour retrouver son petit ami, la seconde pour lancer sa carrière de chanteuse rock et refaire sa vie. Deux femmes très différentes, mais complémentaires, qui vont partager leur quotidien comme elles partagent leur prénom : Nana.

Je n’ai jamais eu de retours négatifs sur ce shôjo. Il faut dire que c’est une histoire vibrante et très émouvante. Il ne faudra pas avoir peur de sortir les mouchoirs, car tout n’est pas rose, loin de là… Néanmoins, au-delà les drames, Nana réussit à rester une série infiniment touchante, belle et aussi amusante. On y suit une bande de jeunes à la poursuite de leurs rêves, de leurs espérances, de l’Amour, qui s’interrogent sur l’avenir et profitent du moment présent. Tous ont un fardeau à porter et des décisions à prendre.

Des personnalités variées, réalistes et développées tout au long de l’oeuvre. Autant de personnages féminins que masculins. C’est une véritable tranche-de-vie urbaine, dynamique et qui sonne juste ; sur fond d’amitié, d’amour, d’humour, de drames et aussi de musique ! Marquante et percutante, cette histoire ne vous laissera pas indemne.


C’est tout pour moi !

Ces choix sont purement subjectifs et il est évident que, si vous avez vingt, trente ans et plus, mais vous sentez plus attiré.e par Chocola et Vanilla, FONCEZ !
L’important, c’est de se faire plaisir ;-).

Et rappelez-vous que les mangas shônen les plus populaires (même chez les adultes) ont, eux aussi, une cible éditoriale autour de dix/douze ans.

J’espère que cet article vous aura aidés ♥

ARTICLE DES AUTRES PARTICIPANTS

Rejoignez 137 autres abonnés

7 commentaires sur “Semaine du shôjo 2020 : quel manga lire pour débuter ?

Ajouter un commentaire

  1. Nous avons aussi choisi une sélection par tranche d’âge. 🙂
    Je note Ces nuances entre nous qui me donne bien envie vu la façon dont tu les décris (même si j’ai largement dépassé l’âge XD).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :