Grim Lovelies, T1 | Magie noire à Paris…

« – Ce soir, ma chérie, tu vas dehors.

Dehors ? Dans le Joli Monde, où les Charmants se promenaient main dans la main, le visage caressé par le soleil, au milieu des voitures, des boîtes aux lettres et des panneaux de signalisation, où ils marchaient d’une rue bordée d’arbres à l’autre, et ainsi de suite ?


Dehors ? »

Megan Shepherd, Grim Lovelies

Résumé

Anouk envie le Joli Monde, celui des humains, où les gens sont libres d’aller et venir, et de tomber amoureux. Mais Anouk n’est pas humaine… Elle est née animal et a été transformée en jeune fille par la sorcière Mada Vittora, qui a fait d’elle son esclave. Lorsque son quotidien est bouleversé par un drame, Anouk doit fuir avec ses amis pour sa sécurité. Et si Anouk échoue à prolonger le sortilège qui l’a transformée, elle perdra son humanité…


– Les autres tomes –

MIDNIGHT BEAUTIES (2)


Chronique détaillée ▼

Je tiens à remercier les éditions Castelmore pour m’avoir permis de découvrir ce titre. Voici sans plus attendre ce que j’en ai pensé :

Une mythologie fascinante et un esprit frenchy

J’ai adoré l’univers du roman. Tout se passe entre Paris et Montélimar, donc certains lieux m’ont semblé très familiers. Cela m’a fait plaisir de lire une série Young Adult américaine dont l’intrigue se passe en France ! Le cadre frenchy se prête tellement à cette histoire de sorcellerie et de familiers qu’a inventé Megan Shepherd.

J’ai aimé suivre cette quête de liberté haletante et éperdue menée par nos personnages, découvrir le Joli Monde (= le monde des humains) à travers les yeux de l’héroïne et que des êtres et créatures fantastiques vivaient parmi nous, les « Charmants » (l’équivalent des « Moldus » de J.K Rowling), comme nous appelle Anouk.

Magie Noire, course contre-la-montre, potentielle guerre… J’ai été entraînée dans cette aventure avec une certaine passion et le rythme m’a tenu en haleine jusqu’à la fin !

Fanarts d’Anouk, Beau et Luke. Source : http://meganshepherd.com/freebies

Des personnages touchants

Anouk est une héroïne attachante, naïve et courageuse. On comprend très bien ce personnage et sa complexité à travers la plume de l’autrice. Bien qu’enfermée et traitée comme une domestique, Anouk n’a pas pu s’empêcher de s’attacher à sa maîtresse, tout en rêvant de sortir de sa coquille et découvrir ce monde réel qu’elle fantasme depuis sa fenêtre. Si elle peut sembler passive et « blanche colombe » dans un premier temps, elle se révèle et se découvre petit à petit, gagnant et nuance et en caractère.

J’ai aussi beaucoup apprécié Cricket, héroïne au caractère plus impitoyable ; Luke, qui nous est présenté comme une force tranquille et rassurante ; le Prince Rennard et sa fascinante ambiguïté… Même Madda Vittora est fascinante à sa manière. Certains personnages m’ont surpris dans le bon sens, d’autres m’ont déçu ou on su me mettre dans leur poche… C’est une belle palette joliment nuancée que nous a concocté Megan Shepherd !

Quelques facilités malgré tout

Si je dois reprocher quelque chose à Grim Lovelies, je partirais sur sa « facilité ». Des éléments de l’histoire m’ont semblé un peu simple, tombant comme un cheveu sur la soupe. Autant j’ai été surprise par certaines choses (tout au moins j’ai douté), autant d’autres sont prévisibles par tout bon lecteur du genre, ou public plus âgé que l’âge ciblé (13 ans et plus).

Si les personnages principaux gagnent en maturité au fil de l’oeuvre, on est tout de même sur des archétypes du roman pour ados : la jeune fille innocente, le Prince charmant, le loyal serviteur du méchant (pas si méchant) etc… le tout mélangé à une moralité typique de l’adolescence : vivre au jour le jour et intensément, profiter du fait d’être en vie.

Fanarts de Cricket et Hunter Black. Source : http://meganshepherd.com/freebies

Attention, si ce sont des déjà-vu, je ne dis pas pour autant que cela ne fonctionne pas. D’autant plus que cela peut se justifier : les familiers ne sont Humains que depuis quelques années et ont eu un aperçu du Monde très limité durant ce temps. Des clichés peuvent passer du moment qu’il y a un talent dans l’écriture ou la narration, ce qui est plutôt le cas ici.


En bref ▼

> Un univers magique fascinant et prenant
> Une ambiance frenchy !
> Une course contre la montre efficace et haletante
> Des personnages nuancés qui évoluent et se découvrent au fil de l’oeuvre


> Quelques clichés du roman pour ados (caractère des personnages, morale)
> Des facilités se glissent entre des éléments plus complexes


Conclusion

Grim Lovelies a su me charmer pour son univers magique à la fois sombre, beau et fascinant, son intrigue palpitante et ses personnages nuancés qui grandissent au fil de l’histoire. J’ai toutefois été freinée par quelques facilités, l’esprit parfois un peu trop « ados » de nos héros et quelques clichés qui se promènent par ci par là. Ce n’est donc pas un coup de coeur, mais j’ai quand même passé un bon moment dans cet univers à l’ambiance frenchy et je suis curieuse de voir comment cela va évoluer. Je lirais très probablement le deuxième tome ! Affaire a suivre.

Note : 3 sur 5.

– FICHE TECHNIQUE –

  • Titre original : Grim Lovelies
  • Création : Megan Sheperd
  • Parution originale : 2018 (VO) / 2019 (France)
  • Édition VF : Castelmore
  • Genre(s) : Fantastique, Fantasy
  • Pages : 410

Rejoignez 140 autres abonnés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :