Livres

Les Faucons de Raverra, « La Sorcière Captive »

Je m’étais toujours demandé d’où venait cette aura de force presque palpable qui enveloppait ma mère, cette autorité qui lui permettait de pénétrer dans une salle bondée d’une centaine de personnes et d’y imposer le silence par sa simple présence. Ce qui la rendait invulnérable, aussi inatteignable que les Grâces elles-mêmes, au point que ses ennemis tentaient de la frapper à travers moi, persuadés qu’ils étaient de ne pouvoir s’en prendre directement à elle.

Je la sentais à présent, enfler en moi comme les eaux de la lagune à marée haute : « la Sérénité ».

Melissa Caruso, « Les Faucons de Raverra » T1

Les Faucons de Raverra (tome 1) : La Sorcière Captive
VO : Swords and Fire : The Tethered Mage

Un roman de Melissa Caruso, paru pour la première fois
en France en 2019, aux éditions Bragelonne (BigBang)


Résumé

La magie est peu fréquente dans l’Empire raverrain. Ceux qui naissent avec ce pouvoir sont étroitement contrôlés : repérés dès l’enfance, ils se retrouvent enrôlés de force dans le régiment des Faucons. Zaira a évité ce sort ; elle a grandi dans les rues en volant pour survivre et en dissimulant sa nature. Mais elle cache une magie rare et dangereuse, une magie qui pourrait menacer l’Empire tout entier. Amalia Cornaro n’était pas destinée à devenir Fauconnière. Héritière d’une puissante famille, elle a été élevée dans le monde dangereux des machinations politiques. Mais le sort va réunir l’héritière et la sorcière en une alliance improbable. Alors que la menace de la guerre se profile, il pourrait suffire d’une étincelle pour transformer leur cité en un brasier incandescent…


Je parle de ce livre dans mon dernier Update Lecture sur ma chaîne, si tu préfères ce format ! Mais la chronique écrite est plus complète.

Troisième livre reçu en service presse de la part des éditions Bragelonne (que je remercie au passage pour leur confiance), il me tenait à coeur de vous en parler sur ce blog en plus de la vidéo dédiée (voir ci-dessus). Voyez-vous : Les Faucons de Raverra de Melissa Caruso est un sacré coup de coeur, si ce n’est un coup de foudre littéraire ! Voici pourquoi :

Un univers fascinant

L’univers développé par l’autrice n’est pas sans me rappeler à la fois La Passe-Miroir de Christelle Dabos pour sa richesse et sa construction d’ensemble, puis le manga L’Atelier des Sorciers de Kamome Shirahama pour l’utilisation faite de la magie : elle peut se retranscrire en motifs, s’écrire et se tisser en assemblement complexe. J’ai également ressenti un soupçon de steampunk, mais surtout une inspiration très italienne dans les noms des personnages et l’architecture de l’Empire Sérénissime (notamment Raverra). Tout ceci forme une recette merveilleuse et qui fonctionne très bien. Melissa Caruso a su créer son propre monde, donnant l’impression de lire une oeuvre tout à fait unique.

Couverture du tome 2, à paraître en septembre 2019 ♥

Des personnages nuancés, forts et attachants

Principaux comme secondaires, les personnages sont tous rédigés et construits à la perfection. Aucun n’est laissé de côté dans son traitement, ce que j’ai trouvé brillant (surtout pour le premier tome d’une trilogie). Tous ont un caractère et un vécu propre, sont nuancés et servent différentes idéologies. Certains personnages sont typiques, d’autres plus atypiques des oeuvres de fantasy et aucun cliché lourd n’est à soulever. On s’attache à la plupart, de manière plus ou moins forte. Tous ont quelque chose à nous apprendre et tous sont fascinants à leur façon.

La place des personnages féminins et des minorités

Si les personnages masculins sont tout aussi bien construit que les féminins, je dois dire que j’ai été particulièrement satisfaite du traitement de ces derniers.

Amalia : le roseau qui s’adapte, mais jamais ne ploie

Deux des personnages principaux sont des femmes. La première, Amelia Cornaro, est de loin ma préférée. C’est une personnalité incroyable. Si l’héritière de la puissante et influente famille Cornaro préfère se promener en pantalon, se réfugier dans ses livres et fabriquer des objets magiques utilitaires, elle n’en reste pas moins ce que son éducation et son rang ont fait d’elle : Intelligente, curieuse et vive d’esprit, elle connaît bien le milieu remplit de faux semblant et de menaces sous-entendues dans lequel elle a évolué. Elle sait et assume faire partie de ce monde, plus ou moins faite à l’idée qu’elle devra prendre la succession de sa mère un jour au Conseil des Neufs. C’est une jeune femme indépendante et humblement confiante, qui évolue et grandit au fil de l’histoire. C’est aussi quelqu’un de gentil, tendre et généreux qui voudrait le mieux pour son pays. Hors, elle n’est pas dupe et sait bien que la politique est un enchevêtrement des plus complexes. Elle sait aussi que porter le nom des Cornaro lui assurera toujours une certaine forme de protection et qu’un affrontement sanguinaire peut très bien se faire dans un salon autour d’une tasse de thé, avec un ton faussement calme et vêtue d’un corset. Quoique plus pacifiste que guerrière, elle essayera toujours d’éviter la gurerre autant que possible. Je pourrais consacrer un article entier à ce personnage : je ne vous en ai dit qu’un dixième à son sujet !

Couverture VO du tome 3

Zaira : la force brute et sans fards

Quant à Zaira, la sorcière de feu, elle apporte également quelque chose de fort à l’histoire. Si elle se montre méprisante et détestable avec tout le monde, on comprend très vite pourquoi. Cette femme cynique, libre et sans aucune attache a une histoire bien sombre et semble détenir un pouvoir dévastateur. Le point de vue de Zaira permettra souvent à Amalia d’ouvrir le yeux sur les conditions de vie des Faucons et leur enrôlement. Toutefois, cette dernière en apprendra aussi beaucoup auprès d’Amalia et Marcello. Cela atténuera-t-il sa vision des choses ? Impulsive, sarcastique et peu soucieuse des convenances, Zaira apporte aussi une belle touche d’humour et de force brute à l’histoire.

Lysandra Cornaro : Reine de l’échiquier et fin stratège politique

Impossible enfin de ne pas évoquer Lysandra Cornaro, mère d’Amalia et Contessa de Raverra. Pour commencer : la personne la plus haute placée et influente de la ville est une femme ! D’ailleurs, beaucoup d’autres femmes occupent des postes importants et il n’est absolument jamais sujet de remise en question des sexes. Lysandra est un personnage mystérieux et indéchiffrable. Elle possède une présence, un charisme et une expérience qui font d’elle la personne la plus crainte et respectée au sein de la noblesse de l’Empire Sérénissime. Lysandra sait y faire en stratégie et manipulation. Elle semble présente sous tous les fronts avec un naturel désarment et imbattable dans ce domaine. Si elle peut sembler froide au premier abord, on apprend à la connaître et on comprend pourquoi Amalia lui vaut tant d’admiration. Toutefois, son personnage reste insaisissable et je me demande si elle nous réservera de bonnes ou de mauvaises surprises dans la suite…

Homosexualité et bisexualité

Un dernier point sur la représentation LGBTQ+ dans ce roman : deux personnages sont explicitement homosexuels et cela ne fait sourciller personne. Ce n’est même pas un sujet de l’intrigue. De même lorsque d’autres personnages démontrent avoir des penchants bisexuels : cela ne choque personne et tout le monde en parle comme on parlerait d’un couple hétéro basique. Un détail tout bête, mais qui m’a fait très plaisir.

Une intrigue palpitante de bout en bout

J’ai trouvé l’intrigue passionnante du début à la fin. L’histoire se met en place assez rapidement. Aventure, action, mystère, magie, stratégie de guerre, intrigues de Cour et complots politiques rythment ce roman de manière effrénée ! C’est relativement prenant, avec quelques moments plus centrés sur l’introspection des personnages, leurs relations et les sentiments qu’ils éprouvent les uns envers les autres. Cela permet de souffler un peu et, loin d’être futile, apporte beaucoup de matière au récit. J’ai peut-être ressenti quelques longueurs sur la fin et pas été plus surprise que ça de la tournure des événements, mais rien de bien méchant ou qui n’aie terni mon plaisir.


CONCLUSION

Le premier tome des Faucons de Raverra propose un univers unique et happant, des personnages bien construits et nuancés, avec une belle place pour les rôles féminins. Les femmes sont d’ailleurs mises en avant de manière naturelle. Bien des travers dans cette société, mais en tout cas pas de sexisme. On représente aussi différents penchants sexuels sans que cela ne fasse partie de l’intrigue. Si vous adorez les intrigues de Cours et les complots politiques scrupuleusement bien montés, le tout dans un univers de fantasy bien construits et raconté d’une plume assez fluide, ce roman ne pourra que vous séduire. Ou simplement pour y voir des femmes briller par leur intelligence, débrouillardise et leur implication sociale. Un premier tome qui ne se contente pas d’être introductif et propose une véritable intrigue, déjà palpitant et ne contenant que peu de longueurs. Un vrai coup de coeur de mon côté, si ce n’est un coup de foudre !


LES AUTRES TOMES

L’Héritière Rebelle (2)

Rejoignez 125 autres abonnés

Catégories :Livres

Tagué:, , ,

5 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s