Séries

Gossip Girl : money, sex and drama

Where has she been Serena ?
And who am I,
That’s a secret I’ll never tell.
You know you love me.
XOXO, Gossip Girl

Aujourd’hui, je vous propose une rétrospective sur la série Gossip Girl. Je l’ai découverte en 2016 de mon côté et j’ai revisionné toutes les saisons en 2018.

Entre amour et déception, bonnes et mauvaises saisons, laissez-moi vous partager mon humble avis.


Résumé global de la série :

New-York, années 2000. La série suit le quotidien de la jeunesse dorée de Manhattan et de leurs parents, ainsi que de quelques personnages de Brooklyn, milieu modeste. Les étudiants privilégiés des écoles privées de Constance Billard et de St Jude, dans l’Upper East Side (le quartier uppé), sont tous accros à Gossip Girl, une mystérieuse blogueuse qui dévoile tous les derniers potins et rumeurs sur leur communauté très fermée. Gossip Girl débute par l’arrivée de Serena Van Der Woodsen, qui revient à Manhattan après avoir disparu sans donner de nouvelles.


Gossip Girl est une série américaine de 121 épisodes, divisés en 6 saisons. Elle a été diffusée pour la première fois de 2007 à 2012 (2008/2013 pour la France). Créée par Josh Schwartz et Stephanie Savage, la série se base sur les romans de Cecily Von Ziegesar (une saga de 17 tomes).

Au casting : Blake Lively, Leighton Meester, Penn Badgley, Ed Westwick, Chace Crawford, Taylor Momsen, Connor Paolo, Kelly Rutherford, Matthew Settle, Kaylee Defer etc…


Mes notes d’appréciation :

SAISON 1 – ★★★★
SAISON 2 – ★★★★
SAISON 3 – ★★★
SAISON 4 – ★★★★★
SAISON 5 – ★★★★★
SAISON 6 – ★★★★★

MOYENNE GÉNÉRALE : 6.5 / 10


Une série très addictive

Commençons avec un point positif : Gossip Girl est une série qui rend très vite accros. Si on n’a pas suivi les diffusions à la TV mais en streaming, difficile de ne pas binge watcher au moins jusqu’à la saison 4 ! Ce qui rend la série si prenante ? Beaucoup de choses ! Tout d’abord, les personnages. La plupart sont issus de riches familles, donc on navigue sans cesse de scandales en scandales, on enchaîne les coups de poignards dans le dos, les retournements de situations (très) inattendus ou les coups en douce. Les problèmes peuvent avoir diverses sources : l’amour, la passion, l’argent, la bêtise adolescente, la rivalité, un crime, le travail etc… il y en a vraiment de toutes part et, qu’on le veuille ou non, c’est le genre de truc qui rendent accro la plupart des gens ! Autant dans la vraie vie, juste non, mais dans le cadre d’un divertissement fictif, j’avoue que j’adore ahah. Ce n’est pas une série qui se regarde, mais qui se dévore !

Entre génie et absurdité : des intrigues en dents de scie

Gossip Girl est une série très inégale dans sa qualité. Pour moi, les trois, voir quatre premières saisons étaient utiles et pertinentes. La cinq et la six sont de trop. La dernière comprend toutefois une révélation majeure : l’identité de la fameuse Gossip Girl, que tous les fans attendaient avec impatience et chacun y allait de théories en théories (bien que la saison trois laisse sous-entendre un élément qui était une bonne idée) ! Il aurait mieux valu apporté ça plutôt et qu’on se passe des deux dernières saisons.

La série a cette capacité d’être constamment riche en grosses révélations ou retournement de situations qui, disons-le, nous scotche le derrière sur notre siège. Un bon gros « OH. MY. GOODNESS !!« . C’est à la fois une force et une faiblesse du show. Parfois, c’est du génie ; d’autres fois c’est incroyable sur le coup, mais finalement ça va trop loin et/ou apporte du discrédit à certains développements antécédents (ou gâche des personnages…). Pareil pour les arcs narratifs : certains sont vraiment très prenants, d’autres pas du tout, d’autres le sont au début, mais finissent par devenir lassants… vous avez saisi l’idée, je pense.

Des personnages inoubliables

Un des gros points forts de Gossip Girl, c’est sans conteste les personnages. Il y a vraiment pour tous les goûts et de toutes les couleurs. Il y en a autant d’attachants que d’incroyablement détestables, mais qui apportent quand même beaucoup à l’intrigue. Les principaux sont relativement bien développés et approfondis. On pourrait vraiment faire un article entier sur chacun d’eux ! Beaucoup évoluent ou changent au fil de l’histoire, en bien comme en mal. C’est intéressant, car cela apporte de la nuance. Ainsi, on a beau adoré certains personnages, il y a forcément un moment où on ne va plus les aimer... pour ensuite se réconcilier (ou pas) et vice-versa, des moments où on apprécie des personnages qu’on aiment pas (mais il y en a qu’on n’appréciera jamais mdr, coucou Georgina). Personne n’est tout blanc ou tout noir dans Gossip Girl et tous finissent par commettre de bonnes ou de mauvaises choses. Je ne vous partage pas mes favoris, car j’ai prévu de publier un petit top dans quelques temps… 😉

Gossip Girl, c’est pour les ados ?

Autre bon point pour le show : la diversité. La mixité entre les personnages du milieu uppé et ceux d’origine modeste apporte déjà une belle nuance et divergence de point de vue. Gossip Girl comporte toutefois autant de personnages ados qu’adultes. On suit tout autant Serena et son frère, Blair ou Dan Humphrey que leur famille, notamment Rufus et Lilly qui sont deux personnages importants. Alors oui, Gossip Girl s’adresse avant tout aux ados avec beaucoup de school/summer life, de teen drama et teen romance etc (quelques clichés aussi), mais tout est mélangé avec les intrigues des parents. Et dans l’Upper East Side, il n’est pas rare que les scandales adolescents affectent aussi la vie des adultes, ou vice-versa. La série sait proposer des intrigues qui parleront aussi à un public plus âgé. On traîne tout autant dans l’univers des parents, le monde du travail, de l’entreprise, de la finance etc… sans parler que les ados finissent par grandir, et c’est aussi un des sujets de la série d’ailleurs.

Un soupçon de toxicité

Un truc qui m’a énervé avec la série, mais qui en même temps fait partie de son concept : on nous présente un milieu extrêmement immoral, régie par l’argent et la réputation. Les personnages commettent parfois des atrocités simplement pour sauver leur derrière et parce qu’ils… le peuvent. Autant cela peut être intéressant selon comment c’est traité, mais parfois c’est juste gratuit ou scandaleux. Une des héroïnes principales (Blair) est tout de même une bully de première catégorie, méprisante à souhait et nous apprend qu’il est normal de vouloir à tout prix écraser les autres pour mieux s’élever et de leur faire des crasses. Ce n’est jamais remis en cause. Ce que je trouve un peu dangereux pour les jeunes qui regardent la série et pourraient prendre Blair comme exemple. Son amitié avec Serena me laisse aussi perplexe. Toutes deux se sont très souvent tirés de sacrés coup dans le dos (ou de face), des choses qui ne sont pas rien et parfois très dangereuses ! C’est mon côté adulte et censé qui parle, mais je tenais à le souligner ahah. La série est parfois à la limite de ce que je trouve moralement acceptable (dans la mesure où ça reste très regardé par des jeunes et qu’on ne propose pas de solution/réponses à certaines actions).

Une série devenue mythique

Gossip Girl est une série très populaire. J’avoue avoir fait partie de ceux qui ne comprenaient pas ce succès… avant de l’avoir regardée. Ce qui participe à la rendre mythique : tous les points que je vous ai soulignés au-dessus. On a également beaucoup de moments forts et très émouvants. Des couples également. Chuck et Blair par exemple. Si ce n’est pas mon favori (Team Dan et Serena ♥), je reconnais qu’ils crèvent littéralement l’écran. Que ce soit leurs répliques inoubliables, le jeu sans fautes des acteurs ou simplement le traitement de leur relation très spéciale qui évolue au fil du temps (même si ça s’attarde trop dans les dernières saisons), clairement cela en fait un des couples de séries les plus emblématiques. Beaucoup de coups de maître dans certaines intrigues, des messages forts (bien que parfois toxiques), beaucoup d’arcs autour de la famille… la série s’ancre aussi dans son époque. Entendre du Nelly Furtado ou du Sum 41 dans la bande-son, cela apporte aujourd’hui une dose de nostalgie ahah! Le concept aussi évidemment, avec cette fameuse Gossip Girl qui nous fait carburer les méninges sur son identité, qu’on adore et qu’on déteste en même temps.


Conclusion

Gossip Girl reste pour moi une très bonne, voir excellente série du genre, malgré deux dernières saisons vraiment moyennes (voire nulles) et quelques ratés. C’est parfois révoltant et ça fait lever les yeux en l’air, mais c’est aussi parfois terriblement prenant, addictif, génial et émouvant. Qu’on aime ou pas les personnages, on finit inévitablement par s’y attacher, même ceux qu’on déteste ahah. La série comporte vraiment des moments mythiques et des dialogues inoubliables. Même si j’ai en horreur d’Upper East Side et son mode de vie (Team Brooklyn et Team Humphrey), on finit mine de rien par s’intégrer dans cette bande et leurs aventures. Personnages adolescents comme adultes sont présents et tous bien construits et très nuancés, bien que certaines constructions se cassent la figure avec les deux dernières saisons… bref, une série qui constitue un cocktail parfait pour rendre le spectateur addict et le divertir, qu’importe son âge et son sexe ! Évidemment on aime ou pas selon nos goûts, mais force est de constater que Gossip Girl mérite son statut de série mythique, que ce soit pour le succès qu’elle a eu sur ses premières saisons et ou les moments et personnages inoubliables qu’elle nous a présenté. You know you loved it. XOXO

Rejoignez 110 autres abonnés

6 réponses »

  1. J’avais adoré à l’époque de sa diffusion et je l’ai binge watché quelques fois depuis… Je suis plutôt de ton avis il y a du très bon et de l’inutile. Par contre, moi je suis 100% Team Blair/Chuck, sans eux la série ne m’aurait pas autant captivée.

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai lu les premiers tomes de Gossip Girl, et franchement, ils ne m’emballent pas plus que ça. Et pour tout de dire, ça m’a découragée de regarder la série. Mais ta chronique enthousiaste est en train de me faire changer d’avis… Surtout que j’ai la désagréable impression de passer à côté de quelque chose d’énorme 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Oh tu as testé les livres ? J’avoue que je serais aussi curieuse d’essayer aussi ! Mais j’ai peur les livres fassent plus « pré-ados » et soient moins fouillés que la série, je ne sais pas du tout à quoi m’attendre ^^ ! En tout cas si tu teste la série j’espère que tu aimeras mieux 🙂 !

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s