Lecture : « Anne et la maison aux pignons verts »

anne

➔ Sur le quai de la gare, Matthew Cuthbert attend l’orphelin qui doit les aider, sa soeur Marilla et lui, à la ferme. Mais c’est une petite rouquine de dix ans aux yeux pétillants qui se présente… N’ayant pas le coeur de la renvoyer, Matthew la ramène à Avonlea, au grand dam de Marilla… Extrêmement attachante, Anne va rapidement séduire son entourage par son courage, sa détermination et son imagination débordante. S’amuser de la magie des mots, survivre à propres défauts (ah, ces cheveux roux !), s’émerveiller face à la nature… Voici un roman feel-good inoubliable et plein de malice.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

EN BREF…

Le premier tome (qui peut se lire seul) d’une grande saga littéraire du début de XXème siècle. Si aujourd’hui il s’agit surtout d’un classique de littérature jeunesse, les aventures d’Anne Shirley étaient, à leur époque, perçues comme un chef d’oeuvre de tous âges. On embarque aux côté d’une fillette des plus attachantes, suit ses péripéties et son adaptation à sa nouvelle vie avec malice et délectation. Traduit dans plusieurs langues et de nombreuses fois adapté (cartoon, animation japonaise, téléfilms et même en série Netflix), Anne des pignons verts reste à mes yeux une oeuvre immanquable. Un classique touchant et inoubliable !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

EN DÉTAILS…

Anne des pignons verts est une saga qui me tient particulièrement à coeur. J’ai grandi avec son adaptation animée canadienne dans les années 2000, puis bien des années après j’ai eu l’occasion de découvrir les merveilleux téléfilms Le bonheur au bout du chemin, réalisés dans les années 1980 avec Megan Follows (Reign) dans le rôle titre. Cela m’a ensuite poussé à lire le roman d’origine, et quelle ne fût pas ma chance d’apprendre à l’époque qu’il allait être réédité aux éditions Zethel (Leduc.s) !

Image associée

Megan Follows dans le rôle d’Anne, « Le bonheur au bout du chemin ».

Découvrir l’histoire d’Anne sous la plume de Lucy Maud Montgomery fût une très bonne expérience. Notre jeune héroïne est tout aussi pétillante, attachante et malicieuse à l’écrit que dans ses adaptations. Matthew Cuthbert est toujours aussi adorable, et Marilla fidèle à elle-même : on apprend à la connaître et à l’aimer au fil de l’histoire. Et que dire de cette chère Rachel, cette voisine qui peut être à la fois appréciable, mais également la pire des commères du voisinage. Et n’oublions pas cette fabuleuse amitié qui va naître entre Anne et Diana, deux fillettes qui vont vite se considérer comme des soeurs de coeur ! Il n’y a pas à dire, suivre les aventure et les bêtises de notre petite rouquine, la voir grandir, créé des liens et s’adapter à son nouvel environnement, c’est toujours aussi prenant, passionnant et adorable.

Image associée

Amybeth McNulty reprend le rôle titre dans cette nouvelle adaptation Netflix de 2017, « Anne with an E ».

Là où j’ai vu une légère différence, c’est dans le ton du récit. Même si le roman garde sa part d’émerveillement, de fraîcheur et de romantisme, on y ressent un côté un peu moralisateur. Cela s’explique dans le fait que l’autrice ait toujours porté un intérêt particulier aux orphelins, veuf.ves et à l’éducation des jeunes filles, ayant elle-même perdu sa mère à un très jeune âge et vécu une enfance stricte auprès de ses grands-parents. Ainsi, elle considérait la maternité comme un « travail » complet et prioritaire. Ce qui se ressent dans Anne des pignons verts, au ton employé quand Marilla tente d’inculquer des valeurs à la jeune orpheline. On sent que l’autrice a voulu exprimer son propre point de vue sur l’éducation infantile. Je vous rassure : ce n’est pas trop dérangeant et ne domine pas non plus le roman. Mais c’est toutefois notable.

Mis à part ce petit couac, je n’ai rien à redire sur Anne des pignons verts, si ce n’est que j’adore de tout mon coeur cette histoire, notamment pour ses personnages inoubliables et plus qu’attachants, son ambiance particulièrement émouvante et parce que la nature y est joliment mise en avant. J’aurais adoré grandir sur l’île du Prince Édouard rien que pour ça ! Je me sens aux Pignons Verts comme chez moi, les Cuthbert sont devenus une famille de coeur et les amis d’Anne sont aussi les miens.

Résultat de recherche d'images pour "megan follows anne diana"

Schuyler Grant et Megan Follows, alias Diana et Anne dans « Le bonheur au bout du chemin ».

Si vous aimez les histoires dans la lignée de La petite maison dans la prairie où encore Calpurnia, je ne peux que vous conseillez fortement la saga dAnne des Pignons Verts, où au moins une de ses adaptations. J’ai un gros penchant pour les téléfilms avec Megan Follows, mais dernièrement j’ai aussi beaucoup aimé Anne with an E, son adaptation Netflix. Ce n’est pas trop fidèle à l’histoire d’origine et un poil plus dramatique, mais on conserve au moins l’ambiance spécifique et les personnages attachants. J’espère que les éditions Zethel publieront un jour la suite, car c’est une saga où l’on suit notre petite Anne jusqu’à l’âge adulte et c’est tout aussi génial !

Et toi ? As-tu aimé ce livre ? Connais-tu une de ses adaptations ?

anneFICHE TECHNIQUE :

TITRES ALTERNATIFS : Anne des pignons verts / Anne… la maison aux pignons verts 
TITRE V.O : Anne of Green Gables
ÉCRITURE : Lucy Maud Montgomery
PARUTION : 1908 (VO) / 1964 (France)
CATÉGORIE : Roman / Roman jeunesse 8+
GENRE(S) : Tranche-de-vie, roman d’apprentissage
THÈMES : Épanouissement, éducation, vie à la campagne, amitié, famille, amour, humour, vie quotidienne…
PAGES : 472 (Leduc.s, 2016) –  Nb. Il existe beaucoup d’éditions de ces livres, en poche ou grand format.

4 réflexions sur “Lecture : « Anne et la maison aux pignons verts »

  1. Nanette dit :

    Comme tu le sais ma Junette, je voue un amour intarissable à Anne aux pignons verts, et ce grâce à toi qui m’a fait découvrir les superbes téléfilms il y a un peu plus de deux ans maintenant ! Je ne me lasse jamais de les revoir depuis, tant l’histoire est belle et émouvante et les personnages attachants et inoubliables ♥ Comme tu le dis si bien, on adorerait l’île du Prince Edouard, avec ses pignons verts, sa nature verdoyante, son allée des cerisiers et son lac aux mille miroirs. J’espère que l’ensemble des tomes paraîtront en France. Au moins, merci aux éditions Zéthel pour le premier ♥ Et je suis impatiente de retrouver ma petite Anne en juillet grâce à Netflix, huhu :3

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s