Livre : « Quand la nuit devient jour », de Sophie Jomain

Sans titre 2Parution : 2016
Type : roman contemporain
Genre : drame
Thèmes : solitude, dépression, euthanasie, famille, psychologie…
Pages : 238 (Broché, Pygmalion)

Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà. La dépression. Ma faiblesse. Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début. J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois. Le 6 avril 2016. Par euthanasie volontaire assistée.

4 hearts Coup de coeur.

>> J’ai lu ce roman en août, donc il serait temps que j’en parle. J’ai sûrement déjà oublié la moitié des choses que j’aurais à dire à son sujet au vu de ma super mémoire de poisson rouge, donc vous m’excuserez… j’espère. En tout cas, ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas un livre simple et qu’il est très émouvant.

On nous parle en effet d’euthanasie dans cette histoire. Celle d’une jeune femme qui est tellement mal dans sa vie, dans son être qu’elle ne peut plus supporter le poids de son existence et décide d’aller se faire euthanasier en Belgique. Elle préfère la mort à la vie, voit cela comme une libération. Ses parents tenterons évidemment de la faire changer d’avis (comment pourrait-il en être autrement ?), mais est-ce vraiment la bonne chose à faire ? Dans ces moments-là, faut-il accepter la décision de ceux qu’on aime ou tout faire pour les sauver ? Le livre n’apporte pas de réponse précise. Chacun peut se faire un avis sur la question. L’euthanasie reste un sujet assez compliqué et tabou en France.

Pour ma part, évidemment j’étais un peu en colère contre l’héroïne. Parce qu’elle doit affliger une immense souffrance à ses proches en prenant cette décision.  J’avais envie de la secouer pour qu’elle se reprenne, d’essayer de la « sauver » moi aussi. Néanmoins, j’ai aussi eu beaucoup de compassion à son égard. Je sais ce que c’est de se sentir déprimée, seule, mal dans sa peau ou au bord du gouffre. J’ai donc pu me représenter ce que l’héroïne pouvait ressentir au fond d’elle-même et j’ai sincèrement eu de la peine, mal au coeur. Moi-même, je voyais presque la mort comme une « libération » au travers son regard. J’avais parfois envie de la soutenir dans sa démarche, pour que son mal s’apaise enfin… Bref, si vous vous sentez confus en lisant ce roman, il n’y a pas de honte à avoir, vraiment. Ce n’est pas un sujet facile et je pense que tout le monde n’est pas capable de se projeter ou comprendre un personnage souffrant d’une si profonde dépression. Difficile quand on n’a pas vécu ce genre de choses nous-mêmes, ou quelque chose de similaire.

Une lecture qui m’aura retournée à laquelle je repense avec tristesse. Mais ne vous méprenez pas ! Pour moi, le pari a été réussi. Si cela me fait cet effet, c’est que j’ai vraiment adoré ce roman ahah ! Je l’ai lu très rapidement, toujours avide de savoir l’évolution et la finalité de l’histoire. Et j’ai été bouleversée par ce récit du début à la fin. Je vous conseille donc « Quand la nuit devient jour », à condition bien-sûr que l’histoire et le sujet abordé au travers pique votre curiosité. Quoique même si ce n’est pas le cas en fait, parce que pour le coup cela peut être une bonne occasion pour découvrir un sujet qui ne vous ait peut-être pas familier et vous projeter dans une situation « inédite ». Attention toutefois, ce n’est pas une lecture facile. Il faut s’y préparer mentalement et savoir faire la part des choses.

3 réflexions sur “Livre : « Quand la nuit devient jour », de Sophie Jomain

  1. Nanette dit :

    Coucou ma Junette ! Ce livre a l’air très dur et poignant ! Ayant fait un débat sur l’euthanasie en première, je suis encore marquée par les différentes réactions que nous avons eu face à ce sujet et comment notre vision de la vie et de la mort à changé en s’ecoutant les uns les autres. En allant au salon du livre de Colmar, j’achèterai certainement ce livre à son autrice ! ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s