J’ai lu : « Mille femmes blanches » de Jim Fergus

couv58377174

Titre original : One thousand white women
Parution VO/VF : 1998/2000
Type : roman historique
Genres : historique, romance
Thèmes : culture, civilisation, femmes, Histoire, aventure, Amérindiens…
Pages : 388 (grand format, LGLDM)/ 495 (poche, Pocket)

En 1874, à Washington, le président Américain Grant accepte dans le plus grand secret, la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du peuple Indien. Si quelques femmes se portent volontaire, la plupart viennent de pénitenciers et d’asiles de tous les États-Unis d’Amérique. L’une d’entre elles, May Dodd apprend alors sa nouvelle vie de squaw et les rites inconnus des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tributs et les ravages provoqués par l’alcool. Aux cotés de femmes de toutes origines, May Dodd assiste à la lente agonie de son peuple d’adoption.

06Lecture coup de foudre ! ϟ

Sans titre 1

>> Après Maybe Someday de Colleen Hoover, Mille femmes blanches est mon second coup de foudre littéraire de l’année 2017 et figure parmi mes romans favoris. A la sortie de La Vengeance des mères, j’ai tout de suite été attirée par ce dernier en tant que grande passionnée de la culture Amérindienne et de ce peuple en général. Apprenant qu’il s’agissait de la suite de Mille femmes blanches, j’ai décidé de me procurer ce dernier. De plus, Maureen du Bazar de la littérature en avait dit du bien sûr sa chaîne youtube et cela n’a fait que me conforter dans mon envie de découvrir cette histoire. Eh bien… je n’en ressors pas indemne !

Ce titre a été une véritable envolée émotionnelle, une palpitante aventure ethnique, historique et dépaysante. Pas un instant je n’ai voulu lâcher le roman. Que ce soit l’histoire, les personnages ou la plume de l’auteur, tout a su me séduire et me parler dans ce livre. J’ai adoré être plongée au coeur d’un peuple d’indiens d’Amérique, de découvrir leurs croyances, us et coutumes du point de vue de May Dodd, jeune femme occidentale ayant été promise au chef de la tribu des Cheyennes, Little Wolf. Cette dernière, renommée par la suite Mesoke dans la langue indienne, aura fortement contribuée à mon bouleversement de par son histoire, son destin et son caractère. May est intelligente, sensuelle, forte, loyale, en avance sur son temps et courageuse. Elle fait partie de ses femmes qui se sont portées volontaire pour la mission gouvernementale (l’échange des 1000 femmes contre chevaux et bisons). Pour elle, ce fût l’occasion de démarrer une nouvelle vie et de sortir de son asile psychiatrique dans lequel elle s’est retrouvée, selon elle, injustement enfermée (nous sommes à la fin du XIXème siècle, donc niveau condition et considération de la femme en Amérique, il faut savoir qu’on peut faire mieux…). Le roman est écrit de son point de vue, comme s’il s’agissait d’un regroupement de ses carnets. Le rendu final est tellement réaliste que j’ai pendant un temps cru qu’il s’agissait d’une vraie histoire avant d’aller me renseigner plus en détail ahah !

Même si l’histoire est fictive, il ne faut pas oublier qu’elle découle en revanche de faits réels historiques. Les agences d’accueil, les traités commerciaux entre « blancs » et Amérindiens, l’assassinat de Crazy Horse, les ravages de l’alcool sur ce peuple ainsi que son déclin… tout cela est réellement arrivé, malheureusement. Le roman est néanmoins passionnant de début à la fin et son contenu reste très plausible. Ce mélange entre fiction et réalité historique m’a plu, car il permet au lecteur d’en apprendre davantage sur le peuple Amérindien, son histoire et sa culture ainsi que sur l’histoire de l’Amérique elle-même tout en proposant à côté une aventure divertissante et émouvante qui permet de rester sur une lecture « détente », mais aussi ludique par certains points (en gros, on ne lit pas un manuel d’histoire et ça c’est bien ahah). Il revient ensuite au lecteur de faire la part des choses entre fiction et réalité, mais ça c’est une autre histoire.

Pour en revenir au roman, j’ai trouvé l’histoire de May Dodd et des autres femmes occidentales -toutes aussi fortes et marquantes- qui embarquent avec elle palpitante et émouvante (je l’ai déjà dit, je sais). Cette dernière est clairement une de mes héroïnes de fiction favorites de par toutes ses qualités que j’ai citées plus haut, mais aussi simplement car son histoire m’a bouleversée, tout comme l’histoire plus générale du peuple Amérindien qui nous est raconté de son point de vue.

J’ai également apprécié les paysages tantôt arides, tantôt verdoyants qui nous sont décrits dans ce livre. Les amérindiens étaient un peuple nomade, des voyageurs, donc on en voit de la nature dans ce roman et ça donne une impression d’ « aération » au cerveau (quelle belle écrivaine je fais ahahah) qui n’est pas pour me déplaire. En gros, c’est comme si nous étions nous-mêmes en voyage auprès des Indiens et que nous faisions partie intégrante de la tribu. C’est une expérience vraiment enrichissante et dépaysante. J’ai aimé en apprendre davantage sur ce peuple qui me fascine tant et pour lequel j’éprouve aujourd’hui encore plus d’intérêt et d’admiration (pas pour tous les points, bien sûr, mais dans l’ensemble).

Mille femmes blanches a donc été pour moi une expérience ludique, intéressante, émouvante et inoubliable. La fin est inévitable et pourtant, j’espérais qu’elle n’arrive pas, pas comme ça… mais bon, cela aurait été « trop » si cela avait finit autrement ahah. Elle est donc parfaite en soi, bien que forcément touchante. Ce titre fait maintenant parti de moi et m’a permis par la même occasion de me lancer enfin dans l’aventure des romans contemporains. Jusque-là, je n’en lisais quasiment pas, c’est vrai… voilà chose faite et depuis un certain temps je continue bien sur ma lancée !

Mille femmes blanches est un bijou livresque que je conseille à tout le monde, sans exception. Prochaine étape : La vengeance des mères, qui sortira en poche en septembre 2017 ! Je me demande bien ce que cette suite nous réserve au vu de la fin de Mille femmes blanches et suis plus qu’intriguée…

Une réflexion sur “J’ai lu : « Mille femmes blanches » de Jim Fergus

  1. Tu m’avais déjà un peu parlé de ce livre quand tu le lisais, mais maintenant que j’ai lu ton avis global sur cette oeuvre, j’ai juste envie de la dévorer ! Ça m’a tout l’air d’être un roman magnifique qu’on n’oublie pas de sitôt ! Et puis quand même, quel courage de la part de ces femmes de s’être laissées échangées contre du bétail ! Bon, la plupart d’entre elles ne l’ont pas choisi, mais quand même ! May me semble être un personnage intense et admirable, une héroïne que je ne peux qu’adorer comme toi, j’ai hâte de faire sa connaissance ! Bref, je DOIS me trouver ce livre ♥ Et je suis curieuse de ce que la suite va donner aussi 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s