Pause ciné : « Everything, Everything » et « Baywatch »

 

J’ai profité de la fête du cinéma à la fin du mois pour aller voir deux films. Le premier : il s’agit de l’adaptation d’un roman que je n’ai pas encore lu, mais qui me faisait envie. J’hésitais toutefois, donc je voulais jeter un oeil à l’adaptation pour m’en faire une petite idée. Le second : j’y suis allé pour accompagner une amie qui désirait le voir. Voici donc un petit bilan de tout ça :

Everything, Everything (romance, drame) – cine3
Réalisé par Stella Meghie. D’après le roman éponyme de Nicola Yoon.
Avec : Amandla Stenberg, Nick Robinson, Anika Noni Rose, Ana de la Reguera

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

>> Un film sympathique, que j’ai trouvé très mignon et relativement bien réalisé. Décors, paysages, lumière, costumes etc… tout est très soigné et s’accorde bien. Certains plans sont vraiment beaux. Au niveau de l’histoire, c’est quand même un peu mou, lent (et c’est une personne qui n’a d’habitude pas de problème avec les longueurs qui vous dit ça)… le tout manquait un peu d’âme et de vivacité. Le twist final était assez prévisible (du moins, je l’avais vu venir). Il me manquait donc un petit quelque chose pour rendre le film vraiment « vivant » et inoubliable. En revanche, j’ai beaucoup aimé les personnages ! En particulier Olly, que j’ai trouvé si chou et attentionné envers Madeline ! Un gros coup de coeur sur lui et sur l’acteur ahah. En parlant de ça, rien à redire sur le casting. Les acteurs étaient au top. En bref : une légère déception d’un point de vue cinématographique, mais le film reste soigné, mignon et divertissant malgré son manque de rythme. Je le reverrais sûrement un de ces quatre rien que pour les personnages qui sont mignons tout plein. J’ai toujours envie de découvrir le roman par contre, qui doit être beaucoup plus complet et touchant.


Baywatch – Alerte à Malibu (comédie, action) – cine3,5
Réalisé par Seth Gordon. D’après la série télé Alerte à Malibu de 1989.
Avec : Dwayne Johnson, Zac Efron, Alexandra Daddario, Priyanka Chopra, Kelly Rorhbach, Ilfenesh Hadera…

Dans la baie d’Émeraude en Floride, Mitch Buchannon et son équipe de sauveteurs apportent aide et assistance aux baigneurs en tant que membre d’une unité d’élite appelée Baywatch. Dans le but de redorer le blason de l’équipe, le capitaine Thorpe oblige Mitch à embaucher Matt Brody, une ancienne vedette de natation aussi ambitieux que tête brûlée ! Avec l’aide de trois autres nouvelles recrues, ils vont tenter de déjouer un complot criminel qui menace l’avenir de la Baie…

>> Voilà un film que je ne m’attendais pas à aimer ! Comme je l’ai dit, j’y suis allé avant tout pour accompagner une amie. Autant dire que je ne serais JAMAIS allée le voir autrement. Je redoutais qu’il tombe dans la parodie absurde et soit dénué de sens ou profondeur, mais pas tant que ça au final. Bon, on reste dans le non-prise de tête hein ! Il n’empêche que le film fait passer de belles valeurs sur le courage, l’amitié et l’esprit d’équipe. Le fun reste quand même le maître mot de Baywatch et pour le coup j’avoue que je me suis bien marrée ! L’humour n’est pas trop « lourd » et les blagues ne sont pas trop vaseuses. On a même droit à de l’auto-dérision, et ça c’est bon. L’action est intéressante et rythme bien l’histoire. Ce n’est pas l’intrigue du siècle, mais là encore, ça reste efficace, intéressant, voir même un poil touchant. Je redoutais aussi la caricature des sexes avec ce film… finalement, c’est bien passé ! Les filles ne sont pas cruches et servent à quelque choses, les garçons ne sont pas toujours « intouchables » ou sans cervelle. On a un peu de tout avec les personnages et c’est ça qui est bien. Le casting était au top. J’aime beaucoup Dwayne Johnson de base et le rôle de Mitch lui allait très bien. Les autres ne sont pas en reste. Je vous conseille Baywatch si vous avez envie d’une petite pause cinéma détente, drôle, mouvementée et estivale. Il vaut le coup d’être vu au moins une fois, c’est un divertissement assez sympa. En tout cas, je me l’achèterais à sa sortie pour le revoir, c’est sûr !

Avez-vous ou compter-vous voir l’un de ces films ?
Votre dernière sortie cinéma ?

Lecture : « Rose Givrée » de Cathy Cassidy

couv2512182

Titre original : Sundae Girl
Parution VO/VF : 2007/2017
Type : littérature jeunesse (10+)
Genres : tranche-de-vie, drame
Thèmes : famille, addiction, romance
Pages : 246 (grand format)

Jude, 13 ans, rêve d’une vie discrète et sans ennuis, ce qui est très difficile quand on a une famille comme la sienne : un peu givrée et très embarrassante. Son père est capable de débarquer à une réunion parents-profs déguisé en Elvis Presley, et sa mère perd régulièrement les pédales. Alors, de peur que tout ça ne se sache, Jude refuse de laisser quiconque entrer dans sa vie, en particulier Carter, ce garçon qui s’évertue à être gentil avec elle. Mais quand la situation déraille vraiment, Jude découvre que rien ne vaut l’aide de ceux qui vous aiment, et que même son cœur de glace est capable de fondre…

06Roman coup de coeur

MON AVIS : Depuis que j’ai découvert la saga des Filles au chocolat, je guette toujours avec impatience la sortie d’un nouveau roman de Cathy Cassidy en France. C’est clairement l’une de mes autrices jeunesse chouchoute avec l’écrivaine française Anne-Marie Desplat-Duc.

Quand j’ai appris la sortie de Rose Givrée, j’étais donc impatiente de découvrir ce nouveau titre. Je me disais que j’aurais sûrement le droit à une petite lecture mignonne et légère pour l’été, douce et acidulée comme elle sait si bien les écrire.

En effet, on comprend avec la quatrième de couverture que l’héroïne, Jude, est complexée par sa famille qu’elle trouve un peu extravagante. J’avoue que je m’attendais avec ça à 1) trouver Jude un peu agaçante, car j’étais persuadée que ses parents seraient du type « super cools » malgré leur côté un peu ridicule, puis 2) à ce que l’histoire prenne une dimension plutôt légère et douce, voir un peu comique.

Il est vrai aussi que Cathy a pour habitude d’aborder des thèmes « sérieux » et compliqués dans la plupart de ses romans (l’anorexie dans Coeur Mandarine, le cyber-harcèlement dans Coeur Vanille..), mais j’avoue que je ne m’attendais pas à retrouver de cela dans Rose Givrée… qu’elle fût donc ma surprise en découvrant l’ouvrage !

Rose Givrée est en fait un titre bouleversant. Je ne vous en dirais pas plus, mais après une petite introspection innocente et mignonne dans la vie de Jude et de sa famille en guise d’introduction, on finit vite par comprendre que le récit va prendre un ton un peu plus grave au fil des pages… le roman évoque ainsi un sujet très sensible, actuel et réaliste, malheureusement. Je m’attendais à tout sauf à ça. Pourtant, je la connais bien ma Cathy, j’aurais dû m’en douter ahah ! Rose Givrée m’a réellement prise aux tripes bien comme il faut. Jusque là, Aux délices des anges restait numéro un de mon podium de ses one shots, même si j’avais adoré aussi Rouge bonbon pour son héroïne atypique. Rose Givrée aura réussi à le détrôner. C’est un récit puissant dans lequel l’émotion et les personnages sont à leur paroxysme au niveau intensité et crédibilité.

Jude est une jeune fille un peu effacée, discrète, mais elle se sent bien comme elle est, n’étant pas du genre extravertie contrairement à sa famille. C’est un personnage que j’ai trouvé très attachant et surtout très fort pour son âge. Sa relation avec sa mère, autre personnage emblématique du roman, m’a totalement chamboulée, tout comme cette dernière d’ailleurs. La mère de Jude est un personnage vraiment spécial et tout le long de l’histoire, on ne sait que penser d’elle. On la plaint, on la déteste parfois, mais on la trouve aussi attachante quand elle essaye de faire des efforts… L’intensité dramatique ne fait que grimper au fil du roman. J’avoue avoir eu peur que Cathy se fixe une limite et n’aille pas trop loin dans ses propos, mais finalement elle est allée jusqu’où je l’espérais. Cela m’a fortement plu, même si ça reste bouleversant. Rose Givrée va vraiment permettre aux plus jeunes lecteurs de comprendre et de réfléchir sur un fait de société actuel et qui finit souvent par être destructeur sur plusieurs niveaux. En tant qu’adulte, il peut -je pense- permettre une introduction au sujet pour ceux qui ont du mal à le comprendre, le gérer où l’accepter.

Un petit mot sur la romance, car on n’y échappe pas non plus avec Cathy. J’étais restée sur ma faim avec Rouge Bonbon, qui jusque là a été le seul de ses livres à ne pas m’avoir convaincue à ce niveau. L’histoire aurait pu largement s’en passer et je l’avais trouvé un peu trop caricaturale. Dans Rose Givrée, elle ne m’a heureusement pas gênée, au contraire même ! Carter est un garçon adorable, qu’on sent très attaché à Jude bien que cette dernière repousse ses avances. Ce dernier n’en démord pas pour autant et sera d’un grand soutient pour notre jeune fille. J’ai vraiment adoré ce personnage. Leur relation n’est d’ailleurs pas « purement » une romance et j’ai aimé que le sujet reste assez secondaire, ne prenant pas trop de place par rapport à l’action centrale du récit. Pour ce livre, le niveau est donc discret et bien dosé, sans en faire trop. Pile ce qu’il fallait !

Rose Givrée est donc un livre fort que je n’attendais pas au tournant. Bien que je sois toujours attendrie par les oeuvres de Cathy, là j’ai carrément était touchée en plein coeur, si bien qu’à la fin de l’histoire j’avais presque les larmes aux yeux. Sincèrement. Je ne pensais vraiment pas que cela arriverait un jour, mais Cathy a réussi. Plus jamais je ne douterais de ses capacités ahah ! Si jusque là vous hésitiez à découvrir cette autrice, je ne peux que vous encourager à commencer avec ce livre. Vous aurez ainsi un concentré direct et parfait de tout son talent. Elle écrit vraiment comme personne, avec son style, ses idées et ses personnages bien à elle, s’inspirant de jeunes personnes de son entourage pour écrire ses histoires, ce qui contribue certainement à les rendre si touchantes et réalistes. Rose Givrée est pour moi son meilleur one shot à ce jour, ou du moins le plus émouvant. Le prochain est prévu pour octobre 2017 et je n’ai qu’une hâte : d’y être !

Et vous, quelle roman de l’autrice avez-vous préférez et pourquoi ?
Auriez-vous envie de lire celui-ci, si ce n’est pas déjà fait ?